Wednesday, 10 August 2016




Ramdane Abane's aura and charisma inspired the French writer Rene Victor Pilhes to write "The Night of Zelemta" (2016). A disappointing novel but an interesting angle... read a review in French here on TSA:

Une rencontre avec Ramdane Abane durant son incarcération à Albi, et sur la route du Maroc après les exactions du Général Massu, ce serait comment ?

C’est la question qui inspire toute l’intrigue de « La nuit de Zelemta » (Albin Michel, 2016) de l’auteur français René-Victor Pilhes et autour de laquelle le roman pivote.

Les premières pages s’ouvrent sur deux hommes en conversation. Le curé Gabriel Antus écoute les dernières confidences du sous-lieutenant Leutier, gravement blessé. Son corps ne tiendra plus longtemps, Leutier le sait, alors il raconte.

Jean Michel Leutier est né à Aïn Témouchent. Il a 18 ans en 1953, et ses prouesses scolaires lui promettent un bel avenir en Droit. Ses parents décident de l’envoyer à Toulouse pour poursuivre ses études, et c’est en philosophie que le jeune homme va particulièrement se distinguer. Lorsque Leutier rencontre Rolande Jouli, la sœur de Jacques son très bon copain de classe, il décide d’essayer de la côtoyer. Jacques, amusé, accepte de l’inviter chez lui à Albi régulièrement pour qu’il puisse voir la jeune fille et se présenter à sa famille. Durant ces visites, Leutier accompagne Rolande et sa mère, très portée sur les œuvres de charité aux hôpitaux et prisons. C’est ainsi qu’il va se retrouver à les accompagner à la prison d’Albi, et va rencontrer à sa stupeur Ramdane Abane.

Ramdane Abane fut incarcéré de 1953 à 1954 à Albi en tant que prisonnier politique. La plus grande souplesse de cette administration carcérale et son statut permettront à ce détenu extraordinaire d’échanger librement, et dans cette fiction, de discuter seul avec le jeune Leutier.

Ces rencontres vont être une phénoménale prise de conscience pour Leutier qui, jeune, naïf, et surtout aveugle, n’a pas su voir l’injustice qui l’entoure en Algérie et que subissent ses camarades depuis leur plus jeune âge. En très peu de temps, Abane va lui ouvrir les yeux. Leutier ne va jamais oublier cet éveil.

Mourant, Leutier va confier au curé Antus le souvenir de ses rencontres avec Abane à Albi, et surtout celui de la nuit où il va le revoir, quatre ans plus tard en début mars 1957, lorsque Abane va s’échapper vers le Maroc.

Soixante ans s’écoulent, et Antus décide d’écrire les confidences de Leutier lorsqu’il apprend que quelqu’un enquête sur la mystérieuse nuit de Zelemta.

Les conversations imaginaires entre Abane et Leutier, dans une prose sculptée, constituent en fait une très petite partie du roman. Ces conversations sont essentielles pour le développement du personnage de Leutier, mais leur durée, quelques lignes seulement, et leurs teneurs ne font entrevoir Abane que très légèrement.

Ces brides de discussions très brèves sont la source de la prise de conscience de Leutier et de sa graduelle compréhension de la situation dans laquelle les Français d’Algérie se sont engloutis. Mais la chair du roman, c’est Leutier et son éveil. Toute la dynamique de l’histoire, elle, est fondée sur le mystère de la nuit de Zelemta, une nuit durant laquelle Leutier patrouillait.

René-Victor Pilhes, né en 1934, a lui-même été étudiant à Toulouse et a fait son service militaire en Algérie dans l’Oranie qu’il décrit. Zelemta est d’ailleurs un lieu réel qui se situe entre Mascara et Tiaret.

Dans une interview avec Benjamin Stora dont il a beaucoup lu les écrits pour construire le personnage de Abane, et pour insérer des épisodes historiques factuels dont parle Leutier, Pilhes explique très clairement l’angle qu’il a voulu explorer dans ce roman. Cette fiction est «  une reflexion autour d’une histoire qui m’obsède depuis près de 60 ans », confie l’auteur. Il avait déjà envisagé de l’écrire après son service militaire en Algérie, mais a préféré attendre. C’est quand sa compréhension et sa compassion pour la douleur des Français d’Algérie ont mûri qu’il a décidé d’écrire ce roman, construit autour de la rumeur d’une rencontre fortuite entre un sous-officier français et Ramdane Abane sur la route du Maroc. Une rumeur bien réelle selon l’auteur, qui a circulé dans les cantines des soldats de cette période.

Ressusciter les grands noms de l’histoire dans des œuvres de fiction et leur redonner un souffle de vie permet d’explorer sous un nouvel angle la vie et le rôle des femmes et des hommes qui ont participé à l’édification de l’Algérie d’aujourd’hui. Ces fictions historiques sont une forme de transmission de mémoire, elles permettent aussi de préserver un espace de recueillement pour les grands « effacés » de l’histoire.

« La nuit de Zelemta » de René-Victor Pilhes, éditions Albin Michel (Janvier 2016), pp. 192

No comments: